Le Paysan et la Rivière Jean-Pierre Claris de Florian (1755 - 1794)

Je veux me corriger, je veux changer de vie,
Me disait un ami : dans des liens honteux
 Mon âme s’est trop avilie ;
J’ai cherché le plaisir guidé par la folie,
Et mon cœur n’a trouvé que le remords affreux.
C’en est fait, je renonce à l’indigne maîtresse
Que j’adorai toujours sans jamais l’estimer ;
Tu connois pour le jeu ma coupable faiblesse,
 Eh bien ! je vais la réprimer ;
 Je vais me retirer du monde ;

Et, calme désormais, libre de tous soucis,
Dans une retraite profonde,
Vivre pour la sagesse et pour mes seuls amis.
Que de fois vous l’avez promis !
Toujours en vain, lui répondis-je.
Çà, quand commencez-vous ? — Dans huit jours sûrement.
— Pourquoi pas aujourd’hui ? Ce long retard m’afflige.
— Oh ! je ne puis dans un moment
Briser une si forte chaîne :
Il me faut un prétexte ; il viendra, j’en réponds.
Causant ainsi, nous arrivons
Jusque sur les bords de la Seine ;
Et j’aperçois un paysan
Assis sur une large pierre.
Regardant l’eau couler d’un air impatient.
— L’ami, que fais-tu là ? — Monsieur, pour une affaire
Au village prochain je suis contraint d’aller :
Je ne vois point de pont pour passer la rivière,
Et j’attends que cette eau cesse enfin de couler.
Mon ami, vous voilà, cet homme est votre image ;
Vous perdez en projets les plus beaux de vos jours :
Si vous voulez passer, jetez-vous à la nage ;
Car cette eau coulera toujours.

Livre V, fable 5