Le Papillon et l’Abeille Léon-Louis Buron (1810 - 1895)

Sur une rose
Fraîche éclose,
Un jour vint se poser un brillant papillon.
Aux rayons du soleil il étalait ses ailes ;
L’or et l’azur, les couleurs les plus belles,
S’y mariaient au rouge vermillon,
Et la reine des fleurs,
La rose printanière,
Etincelante encor de la rosée en pleurs,
De ce léger fardeau semblait heureuse et fière ;
Et l’insecte volage, également heureux,
En puisait à longs traits le nectar savoureux.
Soudain, à ses côtés, une abeille, une mouche,
Sans doute par erreur,
Vient se placer ; et, le regard farouche,
Le papillon lui dit plein de fureur :
— Vil insecte ! va-t’en ! que ton corps ne me touche.
Quelle audace d’oser te mettre auprès de moi !
La rose au doux parfum n’est pas faite pour toi.
— Vous êtes beau, c’est vrai, lui répondit l’abeille,
Sans colère et sans fiel,
Maïs-, papillon joli, véritable merveille,
Sur un liège on vous pique, et moi je fais du miel.

La beauté, sachez-le, n’est qu’un don bien futile,
Si l’on n’y joint aussi quelque talent utile.