Une IA peut-elle écrire des fables ?

2024-06-17
| |


C'est le défi que j'ai lancé à ChatGPT, la célèbre intelligence artificielle, rédactrice de contenu. J'avais essayé il y a un an, avec des résultats mitigés, des écrits cohérents mais plutôt risibles ; il semblerait que les choses aient pas mal évolué depuis. Vous pourrez en juger par vous-même. J'ai proposé quelques requêtes au programme de Deep learning, et voici ses résultats.

1. J'ai tout d'abord souhaité, sans demande complémentaire, une fable qui aurait pour titre Le Poisson et le Pêcheur de Perles

Dans les profondeurs tranquilles de l'océan, où la lumière du soleil filtre à peine, vivait un poisson nommé Luminis. Luminis n'était pas un poisson ordinaire. Sa peau scintillait d'une lumière douce et apaisante, illuminant les abysses sombres de la mer. Il passait ses journées à nager gracieusement parmi les coraux et les anémones, apportant une lueur de vie aux créatures marines qui l'entouraient.

Un jour, un pêcheur de perles, nommé Orius, plongea dans ces eaux profondes. Orius était célèbre pour ses talents et son courage, mais il avait un désir inextinguible de trouver la perle parfaite, celle qui serait plus précieuse que toutes les autres. Il parcourait les océans, bravant les dangers pour atteindre son rêve.

Alors qu'il fouillait le fond marin, Orius aperçut une lumière étrange au loin. Intrigué, il nagea vers la source de cette lueur mystérieuse et découvrit Luminis, étincelant comme un joyau vivant. Émerveillé par la beauté du poisson, Orius pensa immédiatement à la fortune qu'il pourrait tirer en capturant cette créature unique.

"Salut, noble poisson," dit Orius, d'une voix mielleuse. "Je suis Orius, pêcheur de perles. Tu es la plus belle créature que j'aie jamais vue. Permets-moi de t'emmener avec moi et tu seras admiré par des milliers de gens."

Luminis, intelligent et sage, comprit rapidement les intentions du pêcheur. "Cher Orius," répondit-il calmement, "je comprends ton désir de me montrer au monde, mais ma place est ici, dans cet océan. Ma lumière guide et réconforte les créatures de ces eaux sombres. Si tu me captures, tu apporteras de la tristesse et de la confusion à cet endroit."

Orius, toutefois, n'était pas prêt à renoncer si facilement. "Mais pense à la gloire et à la richesse que tu pourrais apporter, non seulement à moi, mais aussi à toi-même. Ne veux-tu pas être admiré et vénéré ?"

Luminis réfléchit un moment, puis proposa un marché. "Si tu cherches vraiment une richesse inestimable, laisse-moi te guider vers un trésor caché. Ce que tu trouveras sera bien plus précieux que moi."

Sceptique mais curieux, Orius accepta. Luminis mena alors le pêcheur à travers des cavernes sous-marines et des récifs coralliens jusqu'à une grotte secrète. Là, au fond de la grotte, se trouvait une huître géante, abritant une perle d'une taille et d'une éclat incroyable.

"Voici la perle des abysses," dit Luminis. "Elle est rare et précieuse, et elle pourrait exaucer tes rêves de richesse. Mais souviens-toi, Orius, la vraie valeur n'est pas toujours dans ce qui brille le plus."

Orius, stupéfait par la découverte, saisit la perle avec gratitude. "Merci, Luminis. Tu m'as non seulement montré un trésor inestimable, mais aussi une grande sagesse. Je comprends maintenant que ta lumière est un trésor en soi, essentiel pour l'équilibre de cet océan."

Reconnaissant, Orius décida de laisser Luminis en paix, permettant au poisson lumineux de continuer à illuminer les profondeurs marines. Le pêcheur retourna à la surface avec la perle, mais son cœur était désormais éclairé par une nouvelle sagesse.

La morale de cette histoire est la suivante : La véritable richesse réside souvent dans les contributions uniques et irremplaçables que chacun apporte à son environnement. Apprécions la beauté et l'importance de chaque être dans son rôle naturel.



2. J'ai ensuite cherché à être plus précis en demandant une réécriture moderne de Le Corbeau et le Renard

Par un matin ensoleillé dans un parc urbain, un corbeau noir nommé Carl, connu pour son intelligence et sa curiosité, se percha sur un lampadaire. Carl avait découvert un morceau de pizza encore chaud, abandonné sur une table de pique-nique par un visiteur distrait. Ravi de sa trouvaille, il saisit la part de pizza dans son bec et vola jusqu'à son perchoir pour savourer son festin.

En bas, au pied du lampadaire, un renard roux nommé Rex flânait. Rex était un renard rusé, bien adapté à la vie en ville, toujours à l'affût d'une opportunité pour se nourrir facilement. Lorsqu'il vit Carl avec son délicieux morceau de pizza, une idée lui vint en tête.

"Salut, Carl !", s'exclama Rex d'une voix enjouée. "Quelle belle matinée, n'est-ce pas ?"

Carl, méfiant, jeta un coup d'œil vers le bas, gardant fermement la pizza dans son bec.

"Quel plumage magnifique tu as, Carl !", continua Rex. "Avec des plumes aussi luisantes et soyeuses, tu es certainement le plus beau de tous les corbeaux. Si seulement ta voix était aussi impressionnante que tes plumes, tu serais le roi des oiseaux !"

Flatté par ces paroles, Carl, qui était déjà fier de ses plumes, oublia momentanément sa prudence. Désireux de prouver que sa voix était aussi belle que son apparence, il ouvrit grand son bec pour répondre à Rex.

"Cra—"

Mais avant qu'il ne puisse émettre un son, le morceau de pizza tomba de son bec et atterrit directement aux pieds du renard rusé. Rex, rapide comme l'éclair, s'empara de la pizza et commença à la déguster avec gourmandise.

Carl, réalisant trop tard son erreur, secoua la tête de dépit. Rex, entre deux bouchées, lui lança un regard amusé.

"Mon cher Carl," dit-il, "apprends cette leçon : tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute. Si tu avais gardé ton silence, tu aurais encore ta pizza."

Carl, un peu vexé mais plus sage, s'envola en quête d'un autre repas, promettant de ne plus se laisser berner par des compliments fallacieux.

La morale de cette histoire est la suivante : Dans le monde moderne comme dans l'ancien, la flatterie est souvent un outil utilisé pour manipuler. Gardez votre vigilance et ne vous laissez pas distraire par des louanges superficielles.



3. J'ai ensuite demandé que me soit écrite la fable Le Chêne et le Roseau, en vers.

Sur le bord d’un ruisseau, un grand chêne puissant
Se tenait majestueux, défiant le temps.
À ses pieds, un roseau, fragile et gracile,
Observait l’arbre fier, si robuste, si tranquille.

« Voyez-vous, cher ami, » dit un jour le chêne,
« Comme je suis grand et fort, comme je règne !
Les tempêtes, les vents, rien ne peut m’abattre.
Votre vie, petit roseau, semble bien ingrate. »

Le roseau soupira, ployant sous la brise,
Mais répondit au chêne avec une douce franchise :
« Cher chêne, votre force est en vérité grande,
Mais la flexibilité est ma meilleure offrande.
Quand le vent souffle fort, je ploie mais ne romps pas,
Tandis que vous, un jour, succomberez sous son bras. »

Le chêne éclata de rire, se moquant du frêle,
Insouciant des dangers, des tempêtes cruelles.
Mais une nuit, le ciel s’obscurcit soudain,
Un ouragan terrible se leva dans le lointain.

Les vents furieux frappèrent, hurlant dans la forêt,
Le chêne tint bon, défiant les éléments déchaînés.
Mais bientôt, son tronc craqua sous la force immense,
Et il s’effondra, victime de son arrogance.

Le roseau, bien que battu, se releva au matin,
Intact, grâce à sa souplesse face au destin.
En voyant le chêne à terre, il murmura :
« La force brute n’est pas toujours ce qui perdura. »

Ainsi, dans la nature, comme dans la vie,
Il est parfois plus sage de plier que de rompre sous l’envie.
Car la souplesse et la sagesse, en tout temps,
L’emportent souvent sur la force et les vents.

La morale de l’histoire, en ces vers délicats :
Face aux épreuves, l’agilité triomphe des combats.



4. J'ai souhaité ensuite, une pure invention, une fable, que j'ai voulu courte, intitulée Le Zèbre et les Moustiques

Dans la savane africaine, sous un soleil ardent,
Vivait un zèbre nommé Zéphyre, au pelage éclatant.
Ses rayures noires et blanches, comme une peinture,
Faisaient de lui un spectacle, une vraie aventure.

Un jour, alors qu'il broutait dans une prairie verdoyante,
Une nuée de moustiques vint, très agaçante.
Les insectes bourdonnaient, cherchant à le piquer,
Provoquant chez Zéphyre un vif agacement mêlé.

« Allez-vous-en ! » cria le zèbre, secouant sa crinière,
Mais les moustiques riaient, défiant sa colère.
« Nous aimons ton sang, cher zèbre, si doux,
Nous resterons ici, malgré tes mouvements fous. »

Alors Zéphyre, malin, trouva une solution :
Il se roula dans la boue, une drôle de protection.
La boue le recouvrit, cachant ses rayures vives,
Les moustiques, déçus, partirent chercher d’autres cibles.

« Vois-tu, » dit Zéphyre, en s'adressant à la savane,
« Parfois, il faut ruser, et non se battre en vain.
Car la sagesse et l’esprit, quand ils sont combinés,
Permettent de triompher, même des ennuis acharnés. »

La morale de cette fable, que chacun peut comprendre :
Face aux petites nuisances, il vaut mieux savoir se défendre,
Non par la force brute, ni par l’énervement,
Mais par la ruse et l’esprit, en tout temps sagement.



5. Puis, non convaincu par la longueur demandée de ma précédente requête, j'ai demandé un seul quatrain pour une fable qui s'intitulerait Le Bœuf et les Belettes

Un bœuf, par sa force, se croyait invincible,
Des belettes malignes lui jouèrent un tour risible.
Par la ruse et l'esprit, elles prirent le dessus,
Apprenant au puissant qu'être astucieux est vertu.



6. Et enfin, pour confirmation, j'ai demandé une dernière fable, en quatrain également, portant le titre Le Blé et le Pommier

Le blé, jaloux du pommier et de ses fruits dorés,
Dit : « Ton ombre m’étouffe, je suis bien mal loti ! »
Le pommier répondit, sage et rassuré :
« Chacun a son rôle, et c'est ainsi la vie. »