Avant d’entrer dans la finance.
Mondor était un garçon jovial,
Aimant le monde et la dépense,
D’un cœur humain, d’un caractère égal.
On l’a pourvu d’une recette,
Adieu calme et santé.
Son argent l’a rendu mélancolique et bête ;
Comme son corps, son esprit s’est gâté
Des millions à quoi sert la manie ?
Les écus sont souvent mauvaise compagnie.

Fables, 1847, Fable 6