Les Lièvres peureux Gilles Corrozet (1510 - 1568)

Bon couraige contre la paour.

Le bon et vertueulx couraige
Vault mieulx, quand ce vient au besoing,
- Que l’abilité du corsaige:
Le bon cueur ayde prés et loing.


Par les grandz veniz une forest ramée
Fatsott tel bruict que les Lievres craintifz
A s’enfuir furent promptz et hastifz ;
Mais telle paour doit bien estre blasmée.
Lorsqu’ilz estoient en ce point fugitifz,
Ung grant marest ou ung estang trouverent,
Et, ausst tost qu'en ce lieu arriverent,
De plus grand paour devindrent tous retifz.
Saillir en l'eaue Grenoilles adviserent
Pour crainte et paour qu’ilz leur avoient donné,
Car elles ont la rive habandonné,
Et au profond du palus se plongerent.

Ung Lievre lors qui n’est trop estonné
Aux aultres dict en parlant hardiment :
« Que craignons-nous ? C'est craindre follement,
Car nous avons couraige effeminé.
« Voyez-vous pas ces Grenoilles comment
Ont peur de nous? Prenons stabilité :
Noz corps sont promptz et pleins d’agilité ;
Couraige fort nous reste seulement. »
Il fault par tout couraige et fermeté,
Vertu de force et humaine puissance
A peu d'effect sans la ferme constance :
Crest la où gist l'entiere seureté.
Fable 23


Titre original : Des Lièvres paoureux