La Grenouille voyageuse Gabriel-T. Sabatier (19ème)

Une grenouille, un jour, sortant de son marais,
Voulut visiter la rivière ;
Dès qu’elle y fût, l’aventurière
Trouva que ce pays était un peu trop frais.
« Cette eau, dit-elle, est par trop claire !
Partons d’ici, j’aime bien mieux
Rester en paix dans ces beaux lieux
Où j’ai passé mon existence.
Au marais, j’ai mon élément. »
Disant ces mots, elle s’élance
Hors du liquide, et, promptement,
Notre grenouille voyageuse
Revient dans sa mare fangeuse,
S’écriant : « C’est ici que chacun vit heureux !
A bas le clair ruisseau, vive l’étang bourbeux. »

Il est chez les humains de ses imitateurs
Qui se trouvent heureux dans le bourbier du vice ;
Car s’ils sortent parfois du fond du précipice,
Le beau, le bien, le grand ne touchent point leurs cœurs ;
On les voit revenir aux basfonds corrupteurs.
Amis, lorsque du mal on a pris l’habitude,
On n’en sent plus la turpitude !

Livre II, Fable 15, 1856