Le Jardinier et l'arbre Eustache Deschamps (1340 - 1406)

Un jardinier qui un jardin avoit
Si grant, si bel, si doulz, si odourant,
D’arbres si bons, d’erbes, qu’om ne s¢avoit
Que de tous fruis et de flours n’y eust plant ;
Mais li chetis par folie fist tant
Que les antes et bon plant arracha,
Ronces y mist et de Iyerre y planta
Qui aux jardin et flourettes ont nuit,
Si qu’en brief temps tout bon arbre y seicha :
Qui chetif plant eslieve, il se destruit.

Et quant li las ainsi son jardin voit,
Desa folour, mais a tart, se repent ;
Les espines chascun jour arreschoit,
Mais d’orties et ronces y a tant,
Cauppetrapes et l’ierre qui pourprant
Qu’a l’essarber sa chevance gasta,
Et son jardin puis ne fructifia,
Ne plant n’y ot qui peust porter bon fruit.
Ainsi jardin etjardinier fina :
Qui chetifplant eslieve, il se destruit.

Tel figure ramener qui voulroit
Pourrait assez a moralité grant
Demaint seignieur, qui ainsi se degoit
Par eslever le chetif nonsaichant
Et le planter, esrachier le sachant,
Et ainsi pert tout ce qui l’onoura ;
Et au derrain l'un l'autre destruira.
Or advisent a ce toutes et tuit,
Et pour certain chascuns veoir pourra.
Qui chetif plant eslieve, il se destruit.

Princes, le plant qui bon fruit portera
De viel estoc, cilz vous proufitera ;
Antez cellui et de jour et de nuit ;
Du plant villain d’espine qui poindra
Ne d’ortie branche ne plantez ja :
Qui chetif plant eslieve, il se destruit.

Poème 299 en forme de ballade.